Comment se calcule le déficit foncier ?

Lorsque vous mettez un immeuble en location, vous percevez des loyers. Pour ce faire, l’administration fiscale vous impose le paiement d’une taxe sur lesdits loyers. De ce fait, avant le calcul de ladite taxe, certaines charges peuvent être déduites. Il arrive donc que le montant de ces charges soit supérieur à celui des loyers perçus. C’est le déficit foncier. Découvrons ensemble son mode de calcul.

Calcul du déficit foncier

Calculer le montant d’un déficit foncier revient à :

A lire en complément : Qui peut bénéficier de la loi Malraux ?

  • Sommer le total des revenus immobiliers bruts perçus,
  • Ensuite, sommer le total des intérêts d’emprunt
  • et additionner le total des autres charges ;

Par la suite, deux cas sont à observer

1er cas : résultat négatif

A voir aussi : Comment faire de la défiscalisation ?

Faire la différence entre le total des revenus immobiliers perçus et le total des intérêts d’emprunt. Lorsque le résultat obtenu est négatif, ce déficit est imputable sur les revenus fonciers des dix prochaines années.

2ᵉ cas : résultat positif

Lorsque la différence marque un résultat positif, vous devez y soustraire le total des autres charges. Si le résultat de cette différence est positif, alors il n’y a pas de déficit. Par contre, si ce résultat est négatif, le propriétaire pourra déduire de son revenu global le montant des autres charges. Cependant, cette déduction ne peut excéder 10.700 euros par an ou 15.300 euros pour un investissement sous le dispositif périsol.

Notion de revenu foncier et revenu global

Il existe une nette différence entre ces deux notions. En effet, le revenu foncier indique l’ensemble des loyers que vous percevez en tant que propriétaire. Ils sont soumis au paiement de l’impôt sur le revenu.

Par contre, le revenu global est assimilé à l’ensemble de vos revenus. Autrement dit, le revenu global prend en compte tous les éléments suivants :

  • le revenu foncier
  • le salaire
  • les prestations sociales ou familiales
  • les pensions de retraite
  • les aides financières

Ainsi, le revenu foncier fait partie intégrante du revenu global.

Les charges déductibles des loyers

Il s’agit essentiellement des :

  • frais liés à l’exploitation du logement
  • la rémunération du concierge
  • ou les frais versés à une agence immobilière,
  • les primes d’assurance
  • la taxe foncière
  • les provisions pour charge dans le cas d’une copropriété
  • l’indemnité d’éviction ou de relogement d’un locataire
  • les charges locatives non perçues au 31 décembre de l’année suivant le départ du locataire
  • dépenses de réparation et d’entretien parfois liés à la vétusté du logement
  • charges financières liées aux intérêts d’emprunts
  • Les intérêts d’emprunt pour l’acquisition, la réparation ou l’amélioration du logement
  • Les frais d’emprunt

Retenons que les intérêts sur emprunt sont uniquement déductibles sur le montant du revenu foncier.