Comment monter un projet immobilier locatif ?

Un projet locatif peut devenir très intéressant financièrement au fil du temps, s’il est bien réalisé. Ce genre de projet est, en effet, souvent mené dans le domaine de l’immobilier. Cependant, payer un bien immobilier dans l’objectif de le louer ne s’improvise pas. Découvrez dans cet article, quelques étapes capitales pour monter un projet immobilier locatif.

Assainir ses comptes plusieurs mois avant la demande

La première étape pour monter un projet immobilier locatif, c’est de soigner ses comptes en banque plusieurs fois avant la demande. En effet, le premier élément que va regarder votre banquier, après votre degré de revenus, est la capacité que vous avez à épargner. De ce fait, il va se placer sur l’analyse de l’historique de vos comptes bancaires afin d’avoir une connaissance précise de votre niveau de vie. Mais pas que. Cela lui permettra également d’avoir une idée de vos dépenses sur les mois précédents.

A lire également : Optimisez vos investissements immobiliers grâce à la fiscalité et aux dispositifs de défiscalisation

Présenter les pièces nécessaires pour votre dossier de prêt

Généralement, un dossier de demande de prêt renferme plusieurs documents justificatifs. La plupart de ces pièces visent à faire part de votre identité ainsi que de votre profil. Il s’agit de :

A découvrir également : Les indispensables dispositifs de défiscalisation immobilière à découvrir

  •       La carte d’identité, le passeport ou le titre de séjour ;
  •       Le justificatif de domicile ;
  •   Le contrat de mariage, PACS et l’acte de divorce (pour vérifier si vous êtes dépendant ou solidaire sur le plan financier) ;

De plus, il existe d’autres pièces qui ont rapport avec votre activité professionnelle. Elles permettent d’estimer vos revenus à l’avenir. Par ailleurs, il y a aussi plusieurs documents justificatifs à fournir en ce qui concerne votre situation financière. Cependant, vous devez, par la suite, montrer l’emploi que vous allez faire du prêt. Ici, il suffit de présenter votre :

  •       Compromis de vente au cas où vous payiez un bien ancien ;
  •       Mandat VEFA, garantie d’achèvement et garantie de remboursement au cas où vous paierez un bien en pleine construction.

Préparer le plan de financement

La troisième étape, c’est de faire un plan de financement. De façon claire, vous devez bien disposer les ressources et les montants liés à votre projet immobilier locatif. Le côté ressources concerne votre apport ainsi que le prêt de la banque. En revanche, de l’autre côté, le montant sera utilisé pour payer le coût d’achat du bien, les intérêts, les frais de notaire ainsi que le prix de la garantie.

Présenter un dossier complet

Votre banquier reçoit plusieurs dossiers par jour. De ce fait, il n’entame pas l’étude de votre projet sans un dossier entie4r. Vous devez donc présenter un dossier nickel et sans documents manquants afin de mettre toutes les chances de votre côté.

Se faire accompagner par un professionnel

La dernière étape est de se faire suivre par un professionnel. Cela vous permettra de profiter des conseils d’un spécialiste dans la construction de votre projet. Ainsi, vous serez sûr d’avoir un dossier propre et complet qui augmente vos chances de réussite auprès des banques.

Voilà ! Vous connaissez désormais les actions à prendre pour monter un projet immobilier locatif. Les étapes, citées ci-dessus, vous aideront à atteindre cet objectif.

Comment monter un investissement locatif sans apport ?

Maintenant que vous connaissez les démarches à effectuer pour un projet immobilier. L’investissement immobilier peut être un excellent moyen de générer un revenu, sans avoir à verser une grosse somme d’argent en guise de caution. Toutefois, une question demeure : comment investir dans l’immobilier sans argent ? Pour répondre à cette question, il faut d’abord voir en quoi consiste exactement la mise en place d’un investissement locatif. 

La première étape à considérer est de savoir si vous êtes éligible pour un prêt sans dépôt. Bien que cela puisse sembler trop beau pour être vrai, il existe des prêteurs qui proposent des prêts sans dépôt initial. Toutefois, ces types de prêts sont généralement assortis de taux d’intérêt plus élevés et de conditions plus strictes que les autres prêts immobiliers. Par conséquent, il est il est important de rechercher les différentes options de prêt disponibles et de les comparer avant de prendre une décision. 

La deuxième étape consiste à trouver un bien qui réponde à vos besoins. Vous devez vous demander si vous êtes en mesure de payer le loyer mensuel, ainsi que les dépenses supplémentaires telles que les réparations et les frais d’entretien. En outre, il est important de s’assurer que le ou la propriété est en bon état de réparation et que le propriétaire a fourni tous les documents nécessaires. 

La troisième étape consiste à prendre des dispositions avec le propriétaire. Vous devez vous assurer que le contrat de location est équitable et qu’il énonce clairement vos attentes. Il doit également indiquer clairement ce dont vous êtes responsable en cas de dommages ou de réparations, ainsi que toute autre responsabilité que vous pouvez avoir en tant que locataire.

La quatrième étape consiste à sécuriser l’investissement locatif. Cela signifie mettre en place un dépôt de garantie et/ou un compte séquestre. Cet argent sera utilisé au cas où vous devriez effectuer des réparations ou payer des coûts liés à des retards de paiement du loyer ou à d’autres dommages. Alors, assurez-vous de bien comprendre les conditions du dépôt de garantie et/ou du compte séquestre avant de signer sur la ligne pointillée.

En fin de compte, il est possible de mettre en place un investissement locatif sans avoir à fournir de caution. Cependant, il est important de prendre les mesures nécessaires décrites ci-dessus et de faire les recherches appropriées pour vous assurer que vous prenez une décision éclairée et que vous êtes à l’aise avec toutes les conditions de votre arrangement.

Choisir le type de bien immobilier adapté à votre projet locatif

Maintenant que vous savez comment monter un investissement locatif sans apport, il est temps de choisir le type de bien immobilier adapté à votre projet. Il existe plusieurs types d’investissements immobiliers, chacun ayant ses avantages et ses inconvénients. Voici quelques-uns des types les plus courants :

Les appartements sont souvent considérés comme l’un des choix les plus sûrs pour les investisseurs en immobilier locatif, car ils ont tendance à se louer facilement. La gestion quotidienne de cet actif peut être déléguée à une entreprise spécialisée dans la gestion locative.

Les maisons peuvent offrir un rendement supérieur aux appartements en raison du fait qu’elles disposent généralement d’un terrain attenant qui permet d’ajouter une valeur locative supplémentaire. Toutefois, cela signifie aussi que leur coût initial est généralement beaucoup plus élevé et leur entretien demande plus de temps et d’efforts.

Ce type d’investissement offre un potentiel de gains élevé grâce aux loyers mensuels fixes payés par les entreprises qui y sont installées. Il nécessite souvent des fonds importants pour l’achat initial et la maintenance régulière peut s’avérer coûteuse.

Pour choisir le type de bien immobilier qui convient le mieux à votre projet locatif, vous devez tenir compte non seulement du coût initial mais aussi des frais annexes tels que les taxes, l’entretien et la gestion locative. Vous devez considérer la localisation du bien immobilier et sa proximité des commodités telles que les transports en commun, les commerces et les écoles.

Lorsqu’il s’agit de choisir un type d’investissement immobilier adapté à votre projet locatif, il n’y a pas de réponse unique. Votre choix doit être basé sur une compréhension claire des avantages et inconvénients inhérents à chaque option ainsi qu’une bonne connaissance du marché immobilier dans votre région.

Calculer la rentabilité de votre investissement locatif

Une fois que vous avez choisi le type de bien immobilier pour votre projet locatif, pensez à bien calculer la rentabilité potentielle de votre investissement. La rentabilité d’un investissement locatif se mesure par son taux de rendement, qui prend en compte les revenus générés par la location et les dépenses liées à cet actif.

Le TRB ne tient pas compte des frais annexes tels que l’entretien et les taxes foncières. Pour avoir une image plus complète, calculez aussi le taux de rendement net (TRN) :

TRN = ((Loyer mensuel x 12 • Dépenses annuelles) / Coût total du bien)

Les dépenses annuelles incluent toutes les charges telles que l’assurance, la gestion locative, l’entretien et les impôts fonciers.

En général, un TRN supérieur à 5 % est considéré comme un bon investissement. Toutefois, cela peut varier selon la localisation géographique ainsi que selon le type d’investissement immobilier choisi.

L’exemple pratique

Pour mieux comprendre ce concept, voici un exemple pratique. Supposons que vous achetiez un appartement avec un coût total de 150 000 €, avec des frais annexes (notaire, etc.) ajoutés au montant initial pour atteindre environ 10 %, soit un coût total de 165 000 €. Le loyer annuel est de 10 800 €, soit un loyer mensuel de 900 €.

Les dépenses annuelles doivent être calculées et soustraites du loyer annuel pour obtenir le TRN. Supposons que les dépenses annuelles soient de 2 500 €. Le TRN serait alors : ((900 x 12 • 2 500) / 165 000) = 0,046 ou 4,6 %

Du point de vue des calculs, cet investissement n’est pas très rentable, bien que le taux de rendement brut puisse être considéré comme positif.